s_bastien_rutes

Sébastien Rutes "descend" de Paris pour rendre hommage à Joachim Sébastiano Valdez.

Rappelons  son témoignage sur le travail de l'auteur de Puma qui sommeille et Celui qui sait lire le sang.

"A une époque où je travaillais sur le roman d'enquête historique en Amérique latine, j'étais tombé sur ses romans incas. Aujourd'hui encore,je trouve que rien n'a été fait de mieux en la matière, surtout pas enAmérique latine. Et dire qu'il n'y avait jamais mis les pieds ! Letravail de reconstitution est remarquable, il avait deviné beaucoup del'esprit latino-américain sans le connaître. Venant de quelqu'un d'aussiattentif et délicat, ce n'est pas étonnant. Quand était sortie latraduction d'un de ses romans en Espagne,il y a deux ans, j'avais eu leplaisir de le présenter à la Semana negra et de le côtoyer, lui et sa famille. Je lui rend un petit hommage en espagnol sur le blog diez negritos."

Sébastien Rutés enseigne la littérature latino-américaine à l’université de Nancy 2. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’oeuvre de Paco Ignacio Taibo II et dirige la revue espagnole Gangsterera, consacrée au roman noir.  Il écrit également des Polars Historiques ; "Le Linceul du vieux monde" est son premier roman.

linceul_g

4ème de couverture


Préface de Paco Ignacio Taibo II. 1899.Les ultimes préparatifs de l’Exposition Universelle. Une ère de science et de progrès s’ouvre pour faire oublier les déchirements de l’affaire Dreyfus. Les temps sont à l’optimisme mais voilà qu’une affaire de moeurs sème le trouble et inquiète Paris : dans les tramways, on pique à l’aide d’aiguilles des femmes à l’entrejambe. Lorsque l’une d’entre elles meurt, la presse se déchaîne contre lesanarchistes qui exploitent le fait divers pour semer la terreur. Une estampe, maisqu’en sait la Sûreté ?
Dans un Paris nostalgique, peuplé de regrets, Nino, un vieux militant hanté par le souvenir des violences et des échecs, enquête pour mettre hors de cause les mouvements libertaires, avec l’aide inopinée d’un Oscar Wilde en butte aux affres de l’exil, bien décidé à réaliser son dernier chef-d’oeuvre : le dynamitage de latour Eiffel.
Un roman d’aventures baroque, à la manière des feuilletons du XIX siècle, qui ressuscite un Paris populaire, ouvrier et solidaire, loin des clichés de la villeLumière. Mêlant aphorismes précieux et argot fin de siècle, Sébastien Rutés salue dans un hommage tendre et décalé l’anarchisme parisien et le poète irlandais qui vit ses derniers jours entouré de personnages réunis par la défaite des idéaux.